lundi, avril 23, 2012

Les Alléluias - Chantent Alléluia (Loma; 1964)

 Les Alléluias, Bernard Tremblay à l'avant-plan (collection personnelle de B. Tremblay).

Entre 2009 et 2011, j'ai eu le privilège de m'entretenir à plusieurs reprises avec Bernard Tremblay, Roland Tremblay et le Père Guy Pilote, tous anciennement du premier groupe de rock n' roll chrétien québécois Les Alléluias. Je ne saurais trop les remercier pour leur ouverture et leur générosité. Suivant la présentation d'une biographie sommaire du groupe lors de l'exposition inaugurale du Musée du Rock n Roll du Québec, voici maintenant en primeur l'épopée des Alléluias.

 Neuf membres des Alléluias (de gauche à droite): ,Denis Simard (assis), Bernard Tremblay, Gilles Perrault, Rodrigue Théberge, Roland Tremblay, Raymond Lavoie, Réal Veilleu & Rémi Gagnon. (collection personnelle de Bernard Tremblay).

Le groupe prend forme à Aylmer-Est (aujourd'hui fusionné à la ville de Gatineau) vers 1962. Constitué de treize jeunes séminaristes du Scolasticat des Pères Rédemptoristes, on comptait parmi ses rangs Bernard Tremblay (soloiste, banjo et guitare), Roland Tremblay (arrangeur, contrebasse, harmonica), Rémi Gagnon (guitare), Denis Simard (batterie), Réal Veilleu (accordéon), Jules Dallaire (chant), Réal Tremblay (chant), Rodrigue Théberge (chant), André Simard (chant), Guy Pilote (chant) et Gilles Perreault (chant).

 Ils sont électrifiés!  Neuf membres des Alléluias (collection personnelle de Bernard Tremblay).

Aussi connu en Outaouais sous le sobriquet The Clergymen, Les Alléluias performent sur scène en toges et proposent un répertoire efficace constitué d'originaux et de reprises, alternant entre une folk-pop harmonieuse et de dynamiques numéros de rock n' roll.

 Pochette-photo du premier simple des Alléluias (collection personnelle de Roland Tremblay)

Face à une réponse positive du public, friand de cette rafraîchissante excentricité chez de jeunes catholiques, l'étiquette Loma offre au groupe d'enregistrer à Ottawa deux 45 tours. Leur premier simple, le seul accompagné d'une pochette-photo, stipule que Les Alléluias sont désireux de rester en contact avec les jeunes de leur temps et interprètent leurs propres compositions pour les teen-agers. Treize «prêtres électriques» ainsi réunis sur une même scène, l'impact était sans précédent au Québec!

En tout, trois simples, tous sur étiquette Loma, sont pressés par le groupe: Alléluia / Départ (LO-2000), Bénissez le Seigneur / Sur la route (LO-2001) et Partendo dal mondo / Jukebox (LO-2002). Les chansons Sur la route et Alléluia tournent sur les ondes des stations de radios locales. Pour l'anecdote, ces deux titres sont encore au programme lors des rares tours de chant privés de Bernard Tremblay... Ces 45 tours mettent de l'avant le talent créatif du contrebassiste Roland Tremblay, principal auteur-compositeur pour le groupe. Alléluia, ce cri de joie gospel avec banjo et tambourin, est une introduction naturelle et à la limite prévisible pour nos jeunes séminaristes. Vous aurez néanmoins de la difficulté à résister à cet entrain si intrinsèque au succès du groupe et tapperai bientôt des mains. Pour la ballade Départ, on reconnait le timbre franc du soliste Bernard Tremblay qui s'installe en douceur sur les choeurs du groupe et quelques notes d'harmonica et d'accordéon. Un premier simple, somme toutes sans risque -du moins, à nos oreilles contemporaines- qui ne laissait pas présager le schisme à venir.

Le Clergé était visiblement divisé quant à ces chants litturgiques rythmés (La Patrie, août 1965).
 
Bénissez le Seigneur, leur second 45 tours, augmente la cadence et exploite mieux la fibre rock n roll. Monseigneur Ouellette ne pourrait que froncer les sourcils puisque, c'est bien connu... rien n'arrête le rock! L'introduction est d'ailleurs plutôt éloquente. Venez les jeunes de l'ère atomique, prenez dans vos mains votre création et comme les jeunes des temps bibliques chantons un psaume à notre façon. Roland Tremblay adapte pour l'occasion Runaround Sue du chanteur Dion, un hit pour l'américain en septembre 1961.Ici, cette mélodie doo wop hyper accrocheuse fait mouche et se présente comme une technique moderne à louer le Seigneur (notes de pochette). Sur scène, le contraste avec nos interprètes en soutanes devait être des plus captivant! Sa face B, Sur la route, est beaucoup moins frivole, mais séduit par son instrumentation aussi minimale qu'efficace. Partendo dal mondo actualise sur un air typique de Naples -accordéon en prime!- un hymne religieux du 18e siècle composé par Saint Alphonse de Liguori. Plus sobre, on peu néanmoins y déceler un certain hommage au fondateur des Rédemptoristes. Juke-Box renoue avec l'effervescence du second simple et démontre que ces prêtres musiciens sont empathiques et sensibles aux remises en question des jeunes. C'est nous la jeunesse agressive qui clame sa fureur de vivre. Elle voudrait nous démolier, elle souhaite pouvoir mieux reconstruire. Elle a besoin de s'faire aller, elle a besoin d'fraterniser: c'est sa manière d'affirmer! Le pont est particulièrement séduisant avec ses choeurs, ce saxophone et ces quelques notes électrifiées à la guitare. Seigneur, je ne t'entends pas: y'a trop de bruit!






 Les Alléluias performent en 1965 sur une scène du Saguenay (collection personnelle Bernard Tremblay)

Entre 1964 et 1965, une tournée amènera le groupe à se produire au Lac St-Jean et dans la région montréalaise. À cette occasion, le groupe voyage en format réduit, se limitant à six membres dans une mise en scène rudimentaire. On opte aussi progressivement pour un uniforme moins formel qu'à leurs débuts: exit les toges et bonjour les cardigans! Il faut être de son temps...


 Garde le rythme, Denis! (collection personnelle Bernard Tremblay)

Loma offre bientôt au groupe la possibilité d'enregistrer un microsillon aux studios de Radio-Canada à Montréal, en combinant leurs trois simples à de nouvelles compositions, majoritairement signées Roland Tremblay. La recette porte fruit et le public s'intéresse à ce phénomène marginal attribué partiellement à la génération yéyé. Le quotidien La Presse leur consacre bientôt quelques lignes dans un de leurs cahiers Perspective de 1964 et offre même une des rares photographies du groupe dans son intégralité.

 La Presse, cahier Perspective (1964; Collection personnelle Roland Tremblay)

Preuve de son succès immédiat, l'album bénéficie d'un pressage mono puis stéréo: du jamais vu dans le monde de la pop litturgique québécoise! D'abord publié pour le compte de l'étiquette Loma, le disque serait éventuellement pressé une troisième fois pour le compte de Paragon, aussi afficilié à Allied. On opte alors pour une version en stéréo et utilise une pochette «générique» différente, montrant cette fois une statue de madonne et omettant toutes photos au verso. 



 À la fin des années 90, Allied lança un appel à plusieurs de ses anciens artistes avant d'effectuer le grand ménage de sa voute: s'ils voulaient leurs bandes maîtresses, il fallait les réclamer maintenant. Malheureusement, dans le cas des Alléluias, personne n'accusa réception et les bandes furent ultimement perdues ou détruites...

 Le troisième pressage de l'album des Alléluias.

Explorons le reste des nouvelles compositions. Le slow rock Fiers de notre temps ouvre l'album et, sans équivoque, donne le ton: ces jeunes séminaristes incarnent le changement à l'intérieur de leur Église, déjà en pleine mutation suivant le Concile Vatican II. Ils avancent toutefois cet avertissement pour leurs auditeurs: à moins d'accepter le Seigneur, la technique et les atomes pourraient bien écraser l'Homme, oui c'est vrai!  Si tu crois est un jerk s'appuyant sur l'accompagnement d'un organiste non-identifié. Délicieusement approximatif, l'interprétation fait sourire en passant du chant à la prose parlée. Un gars marchait est une composition du tandem européen J. Larue et Guy Magenta; elle avait précédemment été interprétée par Jo Bouillon ou la française Lucienne Delyle à la fin des années 50. Le groupe la pimente de notes joviales à l'orgue et d'un bon rythme; au bout du compte, le tout s'impose comme une marche digne des scouts.




Si tu voulais, une composition de Denis Simard, est une ballade légère avec quelques notes de saxophone qui effectue une jolie transition vers Psaume Mambo. Inspirée par moment de Diana du canadien Paul Anka, le groupe reprend l'adaptation du psaume 95 qu'avait auparavant réalisé Le Choeur de la Cité. Charmant. Dis-le moi, co-composé par Guy Pilote et Bernard Tremblay, ajoute du mordant en fin d'album. Le ton est plus grave, l'urgence plus ressentie: on aime! Une question: qu'as-tu fait des talents que le Seigneur t'a donné?






La séparation des Alléluias a lieu en juin 1965, coincidant avec la fin des études pour ces jeunes séminaristes. La plupart des membres n'aspirera pas à la vie de prêtre et bon nombre de musiciens défroqueront peu après cette aventure. Roland Tremblay poursuivra une carrière musicale, centrée cette fois sur les arrangements et la fabrication d'instruments; il collabore notamment avec l'artiste-archiviste Claire Lafrenière. De nos jours, seul le Père Guy Pilote est toujours pratiquant, à Ste-Anne-de-Beaupré. Quant au Père Bernard Tremblay, il est affecté à l'été 1965 à Moncton au Nouveau-Brunswick où il a tôt fait de s’entourer de... Nouveaux Alléluias. La fougue et la détermination placent dès lors Les Alléluias dans une classe à part. Pas de doute: les patriarches du rock chrétien québécois, ce sont eux

À suivre...



Téléchargez la version MONO de Les Alléluias chantent Alléluia


6 commentaires:

Anonyme a dit...

Merci merci et mille fois MERCISSSSSSSSSSSSSS.

Que de doux, bons et de pieux souvenirs que ces Alluluia pour moi qui est originaire de Ste-Anne-de-Beaupré.

Merci encore beaucoup

D Bouchard

Les Heartbreakeurs a dit...

Très bon article! Et merci pour le téléchargement, depuis le temps que nous cherchions cet album!!

S.ébastien a dit...

Content que vous appréciez les Heartbreakeurs! Y'en aura d'autres.

Esmenard Victor a dit...

Merci pour cet article très détaillé, sur quelqu'un qui n'était pour moi jusqu'à présent qu'un nom sur une compil :)

La première chanson est pour moi la meilleure, mais certaines autres sont aussi très bien.

Merci infiniment.

S.ébastien a dit...

Merci beaucoup! J'essaie de toujours inclure le plus d'informations et de photos dans chaque article. Quand les artistes donnent tant, faut leur retourner la pareil.. ; )

Anonyme a dit...

J'ai la toune Juke Box comme vers d'oreille depuis 40 ans. J'ai cherché et cherché et j'ai trouvé le GRAAL. Merci.